maillot de foot psg neymar pas cher

Le bronzage valorisé par Dounia est un bronzage rationalisé qui se doit de respecter les normes diffusées en France sur la prévention des maladies de peau, normes qu’elle reproche à sa famille d’Algérie de ne pas respecter, négligence qui reflète, selon elle, un manque d’éducation. Il se distingue du bronzage mal maîtrisé des catégories populaires algériennes qui ont peu l’occasion de s’exposer volontairement et n’ont donc pas développé de prévention spécifique à l’égard du soleil. Quand les jeunes « immigrés » s’exposent au soleil allongés sur des transats, s’enduisant la peau d’huile solaire, arbitrant parfois en faveur d’une meilleure exposition au soleil au détriment de la vue sur la mer, les « blédards » se mettent davantage à l’abri d’un parasol, utilisant les équipements installés sur le sable que sont les tables et chaises en plastique positionnées sous des parasols, face à la mer. Si la diffusion des pratiques de loisirs en France a fait du bronzage une pratique rationalisée appropriée par les classes populaires, en Algérie le bronzage n’est pas associé à une gestion maîtrisée du corps mais s’inscrit davantage dans une vision de la hiérarchie sociale marquée par le colorisme, attribuant une position sociale inférieure aux personnes présentant une pigmentation de la peau plus foncée.

Le bronzage est utilisé comme un marqueur de la qualité des vacances, démontrant que les séjours au bled ne se limitent pas à des fêtes de famille, mais qu’ils peuvent être l’occasion de « s’éclater ». 38Pour les jeunes « immigrés », l’enjeu n’est pas tant d’être bronzé pendant ses vacances, que de revenir bronzé. 39Ces pratiques contrastent avec l’attitude des jeunes Algériens aisés, notamment des Algériennes, qui se protègent du soleil, maillot de l’algérie 2021 cherchant tout au plus à acquérir un léger hâle. 3L’ethnographie du liad, menée comme une étude de cas élargie (Gluckman 1940), a mobilisé plusieurs méthodes : la consultation des archives du lycée (conseils d’établissement, projet d’établissement) depuis son ouverture, le recueil d’entretiens biographiques et compréhensifs avec des membres de l’administration et plus d’une vingtaine d’enseignants, l’observation participante à l’intérieur et à l’extérieur du périmètre de l’établissement, la participation observante pendant un trimestre en tant que professeure remplaçante de sciences économiques et sociales.

Sur la plage, Myriam est la seule à passer sa journée en plein soleil, pour optimiser son bronzage déjà bien avancé, en utilisant de l’huile solaire, quand ses amies entretiennent leur teint pâle sous le parasol, ne se mettant en maillot de bain que par intermittence. 37Sur la plage de Capritour, le rapport au bronzage différencie nettement les deux groupes en présence. Les « immigrés » en vacances partent parfois à la plage en compagnie de membres de leur famille algérienne, auxquels ils ont le sentiment d’offrir un peu de bon temps. 40La dimension classante du bronzage dans la société algérienne se comprend mieux en tenant compte d’un troisième groupe – absent de la plage de Capritour mais croisé sur des plages familiales publiques : les « blédards » de milieu modeste. Aux yeux des Algériens aisés de Capritour, le bronzage rationalisé des « immigrés » contribue à les rendre « voyants », dans la mesure où ce rapport au corps contraste avec leur propre système de préférence. Ce contraste est net dans les rares groupes d’interconnaissance formés de jeunes « immigrés » et de jeunes Algériens aisés.

Le bronzage rationalisé est identifié, par les jeunes « immigrés », comme une pratique légitime permettant d’exprimer, en France, que l’on a passé de bonnes vacances dans un lieu ensoleillé. 41Dans ces rapports triangulaires (classes populaires et supérieures algériennes, classes populaires françaises), le bronzage prend un sens différent pour les uns et pour les autres. Contre une vision diffusionniste qui verrait la norme du bronzage circuler du haut vers le bas de la société française, puis des sociétés développées vers les sociétés en développement, les rapports différenciés au bronzage doivent être saisis comme un révélateur des luttes de classement entre différentes échelles de prestige, inscrites dans des contextes nationaux disjoints. La mode du bronzage est portée, dans les années 1920-1930, par un groupe social en ascension, se démarquant à la fois des salariés subalternes et de la bourgeoisie traditionnelle. La sortie de la violence et le développement d’une économie d’empreinte libérale inaugurent en effet une nouvelle période au début des années 2000. Cette période est marquée par le retour d’une partie de ceux/celles qui avaient été obligés de quitter le territoire pendant la décennie noire, de même que par la reprise de la circulation en provenance de la France et par différentes mesures de rapprochement diplomatique.

A lire également